Le musée des merveilles de Brian Selznick

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

L'histoire de deux enfants, l'une en mots, celle de Ben, l'autre en images, celle de Rose, qui, à deux époques différentes, partent en quête d'identité dans la ville de toutes les passions : New York.

Ben, parce qu'il découvre une nuit, dans la maison de sa défunte mère, un livre sur les musées avec une dédicace : « Pour Danny, de tout mon coeur, M », décide de partir à la recherche de son père...

Rose, une jeune sourde-muette, parce qu'elle ne supporte plus de vivre chez son tuteur, part retrouver sa mère, actrice...

 

  • Éditeur ‏ : ‎ Bayard Jeunesse; Illustrated édition (15 novembre 2017)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 640 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2747086755
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2747086752
  • Âge de lecture ‏ : ‎ 9 - 11 années
  • Poids de l'article ‏ : ‎ 458 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 12.8 x 4.1 x 19.2 cm

¤ A propos de l'auteur :

Brian Selznick a reçu le prix Caldecott, le prix le plus prestigieux des États-Unis, pour son premier roman "L'invention d'Hugo Cabret". Il est l'auteur également de "Black out" paru aussi chez Bayard Éditions. Il habite à Brooklyn, New York et San Diego, en Californie.

¤ Ce que j'en ai pensé :

Ce roman hybride traine dans ma bibliothèque depuis sa parution en 2017, en cette fin de période estivale j'ai décidé de finir le rangement de tous mes livres et cela lui a enfin donné l'occasion d'être lu !

Nous sommes en présence d'un roman peu courant, entre le roman graphique et le récit classique, ce dernier mêle deux histoires distinctes qui font finir par se rejoindre de façon pas vraiment surprenante pour un lecteur averti, mais cela surprendra sans doute le jeune lectorat, public essentiellement visé pour l'ouvrage.

Outre cette originalité créative, le style est agréable à lire, les personnages par contre ne sont pas très attachants, surtout Rose qui est assez insipide et n'a pas grand intérêt dans la première partie du roman exception faite de la découverte de son handicap et de la façon dont l'auteur la traite en images. Le tout se lit vraiment très rapidement, principalement parce que l'alternance des passages écrits et ceux en images est fluide et intelligent, cela donne envie de savoir où l'on va, malheureusement je n'ai pas été plus emballée que ça par l'histoire. La réflexion sur la surdité, le deuil, est intéressante, mais il manque un je-ne-sais-quoi d'âme en plus...

Ce que j'ai le plus aimé dans ce roman, ce sont les descriptions de la nature, des loups mais aussi et surtout la découverte de la ville de New York avec les yeux d'un enfant qui vit loin, bien loin des grandes villes et de ce qui va avec, les gens, les odeurs...

Si vous avez l'occasion de lire ce roman n'hésitez pas mais sinon ça ne changera pas votre vie... Comme vous le devinez il ne restera pas dans les annales du genre.

¤ Si je devais lui mettre une note : 3.5/5

Lorsque vous choisissez comment présenter vos affaires, où accrocher telle ou telle gravure et dans quel ordre ranger vos livres, vous entrez dans la même catégorie qu'un conservateur de musée.

p. 99

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article