Frieda d'Annabel Abbs

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Elle s'appelle Frieda von Richthofen. Cette jeune baronne allemande vit à Nottingham, mariée à un professeur austère et pudibond. Jusqu'à ce jour de 1912 où elle commet l'irréparable: elle quitte son mari et ses trois enfants pour vivre sa passion avec son amant, à Munich. Dans cette ville bruissante d'avant-gardes, la liberté des mœurs l'invite enfin au plaisir, dans les bras d'un disciple de Freud. Cette relation va donner naissance à l'un des plus grands scandales de son temps et quelques années plus tard, sa relation avec D.H. Lawrence inspirera le très sulfureux roman L'Amant de Lady Chatterley. Passée d'épouse et mère à maîtresse et muse, la scandaleuse paiera cependant chèrement le prix de sa liberté...

 

  • Éditeur : Pocket (6 mai 2021)
  • Langue : Français
  • Poche : 512 pages
  • ISBN-10 : 2266315358
  • ISBN-13 : 978-2266315357
  • Poids de l'article : 260 g
  • Dimensions : 10.7 x 2.3 x 17.9 cm

¤ A propos de l'auteure :

Annabel Abbs a écrit pour The Guardian, The Telegraph, The Irish Times, Psychologies et ELLE. Elle s'est imposée comme la nouvelle auteure anglaise de romans biographiques à succès. Frieda, son premier roman à être traduit en français (Éditions Hervé Chopin, 2020), a été qualifié " livre de l'année " par l'influent magazine Times dans la catégorie des fictions historiques. La Fille de Joyce paraît chez le même éditeur en 2021 et a été sélectionné parmi les meilleurs romans de l'année par The Guardian et la Historical Novel Society.

¤ Ce que j'en ai pensé :

Le résumé de cette biographie romancée m'a tout de suite intéressée, j'ai commencé ma lecture avec avidité et puis le souffle est retombé, doucement mais sûrement....

Les personnages ne sont pas attachants, même Frieda qui est parfois inspirante est carrément agaçante par bien des côté de sa personnalité, je pensais trouvé du modernisme en elle mais pas suffisamment à mon goût, j'ai eu comme une impression de fausseté dans le propos, cette vie avec D. H. Lawrence n'est pas vraiment de son fait, c'est lui qui a écrit au mari de Frieda et qui a provoqué le chamboulement, souvent l'héroïne a hésité à retourner chez elle.... J'ai même trouvé que cette relation passionnelle était franchement toxique. Je n'ai pas adhéré entièrement à l'histoire de "Lady Chatterley", un peu revisitée par Annabel Abbs. Je pense qu'elle a perdu toute sympathie au tiers du récit....

Son rapport à ses enfants est assez troublant, mère classique et fusionnelle à l'occasion qui va finalement privilégier sa vie de femme (ce qui peut se comprendre si on ne passe pas son temps à s'en plaindre par la suite), qui entre en pleine réflexion freudienne sur l'Oedipe... et qui critique le rapport de D. H. Lawrence avec sa propre mère, c'est assez ambivalent.

Je ne peux pas nier la modernité des envies de Frieda qui ne veut pas se plier aux convenances, qui veut vire sa propre vie dans cette époque de l'avant première Guerre Mondiale entre l'Angleterre conservatrice et l' Allemagne Avant-gardiste. La notion d'épanouissement personnelle est vraiment inédite à cette époque mais le traitement dessert un peu le propos à mon sens. Grande inspiratrice des écrits d'un écrivain brillant, Frieda n'a cependant pas eu ce qu'elle désirait, enfin à mes yeux, prisonnière de sa vie de femme mariée, elle se retrouve en quelque sorte prisonnière dans son rôle de muse.

Il eut été important de laisser la chronologie des aventures de Frieda dans le récit, loin de desservir son personnage aux mœurs plutôt légères, cela aurait permis de voir que sa liberté était vraiment ce qui comptait.

Ce roman se lit, pas toujours facilement mais il est vraiment plaisant de voir la société telle qu'elle était à l'époque à travers diverses cultures. Si vous apprécier l'histoire, plongez-vous dans ce récit biographique qui vous dessinera un portrait intéressant de la société.

Je tiens à remercier les Editions Pocket et Babelio qui m'ont fait parvenir ce roman dans le cadre de l'opération Masse Critique !

 

 

¤ Si je devais lui mettre une note : 3.75/5

 

Et nous serons libres de faire tout ce que nous voudrons, de répondre à l'appel de nos corps, de nos cœurs, de nos instincts. Nous serons des espritr libres; Nous serons vraiment nous-mêmes !

p. 104

Je veux que ma vie soit une aventure. Une véritable aventure dans l'inconnu.

p. 236

Les objets n'ont aucune importance, c'est la splendeur de nos rêves qui compte.

p. 236

Commenter cet article