Le petit fougaud d'Albert Ducloz

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle

La ferme des Borie, un couple d'octogénaires spécialisés dans la fabrication du fromage du cru, l'artisou, trouve enfin le repreneur idéal en la famille Mesyaf, tout juste arrivée de Syrie. Toutefois, cette succession à des étrangers ne plait pas à tout le monde, tout comme la relation naissante entre Amric, l'ainé de la famille, et Emilie Béréziat, une jeune fille du village... Quand on retrouve à plusieurs reprises les barrières des vaches relevées, il n'y a plus le choix : il faut avertir les gendarmes. Mais, avec le temps, à force de travail et de patience, les Mesyaf parviennent à se faire accepter et trouvent en la famille d'Emilie de précieux alliés. C'est d'ailleurs Amric et Emilie qui reprendront les rênes de la ferme des Béréziat et créeront un nouveau fromage : le petit fougaud !

 

  • Éditeur : Editions De Borée (14 janvier 2021)
  • Langue : Français
  • Broché : 220 pages
  • ISBN-10 : 2812932732
  • ISBN-13 : 978-2812932731
  • Poids de l'article : 370 g
  • Dimensions : 16 x 1.9 x 24.1 cm

¤ A propos de l'auteur :

Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l'enfance romans, poésies, contes et nouvelles. Pourtant, après une carrière de directeur d'établissement de soins, ce n'est qu'en 2002 qu'il publie son premier roman, Citadelles d'orgueil. En 2015, Les Trois Promesses a obtenu le prix du Cercle littéraire Médicis et Le Chant d'Aurore le prix La Plume et la Lettre. Il a déjà publié treize romans aux éditions De Borée.

 

¤ Ce que j'en ai pensé

Un roman très ancré "terroir" dans la région du Velay. Albert Ducloz nous dresse un portrait régional très complet, on y apprend comment faire du fromage aux artisous dans les détails, on parcoure la région route par route, village par village... Les descriptions son très poussées.

Les personnages, quant à eux sont relativement peu décrits, à part dans les premières pages du roman, et le sont surtout par leurs traits de caractère.

L'histoire est à la fois pleine d'espoir et bouleversante. On rencontre une famille syrienne qui a dû fuir son pays à cause de la guerre et qui s'est réfugiée en France, cette famille est en situation irrégulière mais souhaite plus que tout s'intégrer et s'en sortir. Avec l'aide du narrateur du roman et  de l'homme qui les a recueillis lors de leur arrivée ils vont rencontrer les Borie et tenter de reprendre leur ferme, car ils n'ont pas d'héritiers. Cette famille est travailleuse et s'intègre rapidement dans la société.

Malgré des approximations dans le récit et des raccourcis faciles, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman, j'ai découvert une région profonde et ouverte à autrui, qui a envie plus que tout de survivre à la désertification et au désintérêt pour la vie rurale.

Plus qu'autre chose, ce roman est une histoire d'amour, ente Amric et Emilie mais aussi entre les villageois, les Borie et les Mesyaf, mais surtout entre l'auteur et sa région.

Le propos n'est jamais édulcoré, on marle de guerre, de délinquance, de suicide et de dépessage animal.

Albert Ducloz parvient avec ce roman à faire découvrir sa région, et arrive à construire une histoire qui se tient et dont le lecteur à envie de connaitre la suite. Si vous aimez ce genre de littérature, n'hésitez pas à vous lancer, mais uniquement dans ce cas, sinon vous risqueriez de vous y perdre quelque peu.

¤ Si je devais lui mettre une note3.75/5

 

Merci à Virginie, attachée de presse aux Editions De Borée de m'avoir envoyé ce roman !

 

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article