Ca n'arrivera pas de Nicolas Beuglet

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Et si on se projetait en 2022 ? Qu’en sera-t-il de la pandémie, du vaccin, des restrictions de liberté ?
Dans cette fiction, Nicolas Beuglet déroule le scénario qu’il redoute.
Histoire, dit-il, d’éveiller les esprits…
Glaçant.

 

  • ASIN : B08P4YVJ3Q
  • Éditeur : XO (25 novembre 2020)
  • Langue : : Français
  • Taille du fichier  : 491 KB
  • Synthèse vocale : Activée
  • Composition améliorée : Activé
  • Word Wise : Non activé
  • Nombre de pages de l'édition imprimée  : 35 pages

¤ A propos de l'auteur :

Après quinze années passées chez M6, Nicolas Beuglet a choisi de se consacrer à l’écriture de scénarios et de romans. Il est l’auteur du Cri (2016), de Complot (2018), de L’île du Diable (2019) et du Dernier Message (2020), parus aux éditions XO. Il vit à Boulogne-Billancourt avec sa famille.

¤ Ce que j'en ai pensé :

Lorsque Nicolas Beuglet a mis cette nouvelle à disposition par son éditeur sur les réseaux sociaux, je me suis empressée de la dévorer. Se voir  propulser en 2022 dans un monde ressemblant à celui d'Orwell dans 1984 a quelque chose d'assez effrayant. Le contrôle de la population par reconnaissance faciale, le fait d'être vacciner contre la covid-19 permettant de circulant plus librement, tout cela donne froid dans le dos...

Je n'ai pas totalement adhéré à ce récit qui à mon sens va un peu loin, mais il m'a beaucoup donné à réfléchir sur la notion de liberté individuelle, de plus les sources documentaires citées à la fin de cette nouvelle sont glaçantes... On a du mal à imaginer que tout cela soi mis en place, c'est véritablement une nouvelle d'anticipation mais le lecteur au plu profond de lui se dit "Et si...?" Et si cela arrivait finalement ? 

Il est vrai qu'avec des si et des peut-être on refait le monde, on extrapole mais ne faut-il pas toujours garder les possibilités à l'esprit ?

J'aime beaucoup ce côté très didactique des récits de Nicolas Beuglet, on y apprend toujours énormément de choses et il a toujours le don d'éveiller la curiosité de son lectorat, il donne envie d'aller plus loin et c'est encore le cas avec cette nouvelle. On arrive à s'attacher aux deux personnages principaux, à se projeter et c'est là où réside la force de l'histoire.

Si vous souhaitez passer un moment destabilisant, n'hésitez pas à télécharger cette nouvelle qui pourrait bien vous glacer le sang...

¤ Si je devais lui mettre une note : 4/5

 

Tu sais ? moi je pense qu'un livre, c'est fait pour s'évader, commença-t-elle, la tête toujours posée sur la poitrine de son père. On lit pour se faire du bien, et vivre des choses qui ne nous angoissent pas plus que la vraie vie.

p. 26

Ce "par précaution" nous a paralysés. Il faut que les gens rêvent de nouveau d'un monde meilleur pour trouver l'énergie de le construire.

p. 27

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article