On ne ne meurt pas d'amour de Géraldine Dalban- Moreynas

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Cela pouvait-il finir autrement ?

Elle vient d'emménager avec son homme. Dans un grand loft blanc qu'ils ont retapé. Elle doit se marier au mois de juin. La date est bloquée sur le calendrier de l'entrée.
Il va emménager avec sa femme et sa petite fille au deuxième étage du bâtiment B. Les travaux sont presque terminés.
Ils se croisent pour la première fois un dimanche de novembre, sous le porche de l'entrée. Elle le voit entrer, il est à contre-jour. Elle sent son corps se vider. Il la regarde. Il a du mal à parler.
Plus tard, ils se diront que c'est à ce moment-là que tout a commencé. Ils se diront qu'il était vain de lutter.
Il y a des histoires contre lesquelles on ne lutte pas.
Prix du premier roman

  • Broché : 208 pages
  • Editeur : Plon (22 août 2019)
  • Langue : Français
  • ISBN-10 : 2259279104
  • ISBN-13 : 978-2259279109
  • Dimensions du produit : 13,8 x 1,9 x 21,1 cm

¤ A propos de l'auteure :

Géraldine Dalban-Moreynas a débuté sa carrière comme journaliste, avant de prendre la tête de la communication du Ministère de la cohésion sociale et de la Parité en 2006. En 2008, elle fonde son agence de communication et de relations presse, qu'elle ferme en 2018 pour se lancer dans une nouvelle aventure : la décoration. Elle crée M.conceptstore, belle aventure entre Paris et Marrakech, et ouvre une boutique à Montmartre.
Elle publie sur son fil Instagram @geraldinefromlabutte des chroniques de vie quotidienne aujourd'hui suivies par des dizaines de milliers de personnes.
On ne meurt pas d'amour est son premier roman.

¤ Ce que j'en ai pensé :

Ce roman me tentait depuis sa sortie lors de la rentrée littéraire de septembre 2019 mais je ne me suis laissée tenter que tardivement, la thématique n'est pas facile à aborder mais cette dernière me parle particulièrement. L'adultère est un sujet délicat dans notre société et je trouve que l'auteure en utilisant que des pronoms, a fait un choix audacieux rendant son récit universel même si cela peut paraître déroutant pour le lecteur qui ne s'identifie que peu aux deux protagonistes principaux.

La plume de l'auteure est moderne et vive, cela donne du rythme à son roman, mais parfois le lecteur est à bout de souffle. Les mots sont intenses comme l'histoire, comme si on courait contre la montre. On sait pertinemment dans cette histoire que le facteur temps joue contre les personnages.

Dans 90% des cas ces histoires ne finissent pas comme l'espèrent les personnages, ou même les gens qui vivent un amour interdit, il y a beaucoup de passion, de douleur et d'attente et pour moi l'auteure a su faire ressentir tout cela et même plus à son lectorat. On pourrait croire qu'elle tombe dans le cliché mais je ne l'ai pas ressenti de cette façon. La souffrance et la douleur sont omniprésentes et on a envie de creuser encore plus dans la noirceur des sentiments. Peut-on résister à ses pulsions ? A ses sentiments ?

J'ai été émue par cette histoire, j'ai dévoré ce roman et il restera dans mes coups de cœurs, par contre je peux concevoir qu'il ne plaise pas à tous. 

La modernité du style et du rythme me font espérer que les prochains romans de Géraldine Dalban-Moreynas seront de la même qualité.

 

¤ Si je devais lui mettre une note : 5/5 ❤️

Publié dans Chroniques de livres

Commenter cet article