Les délices de Tokyo de Durian Sukegawa by Right Under The Blog

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle

«  Écouter la voix des haricots  »  : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.
Magnifiquement adapté à l'écran par la cinéaste Naomi Kawase, primée à Cannes, le roman de Durian Sukegawa est une ode à la cuisine et à la vie. Poignant, poétique, sensuel  : un régal.

  • Poche: 224 pages
  • Editeur : Le Livre de Poche (3 mai 2017)
  • Collection : Littérature
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2253070874
  • ISBN-13: 978-2253070870
  • Dimensions du produit: 10,8 x 1,7 x 17,7 cm

¤ A propos de l'auteur:

Né à Tokyo en 1962, Durian Sukegawa est poète, écrivain et clown, diplômé de philosophie et de l'École de pâtisserie du Japon. Après une carrière de scénariste, il fonde en 1990 la Société des poètes qui hurlent, dont les performances alliant lecture de poèmes et musique punk défraient la chronique. De 1995 à 2000, il anime sur les ondes d'une radio nationale une émission nocturne plébiscitée par les collégiens et les lycéens. Il est l'auteur de nombreux romans et essais.

¤ L'avis de Right Under The Blog:

Ce roman est une jolie découverte. Je ne connais rien, ou pas grand-chose à l’art culinaire Japonais, mais malgré ça, le livre a su m’emporter au pays du soleil levant.

Cette histoire est envoûtante, elle est douce, elle est sucrée, et laisse parfois un léger goût amer, mais elle se dessine au fil des pages, et je les ai tournées avec délectation.

Une superbe rencontre entre deux êtres qui, à priori, n’étaient pas fait pour se rencontrer. Ils n’ont pas grand chose en commun à part cet amour pour la pâtisserie et plus particulièrement pour les Dorayaki. J’ai beaucoup aimé la simplicité et la justesse des personnages, leur caractère, j’ai aimé les échanges entre chaque intervenant.

J’ai apprécié la beauté des paysages, car même sans images, juste à travers les mots, on voyage, on se balade dans les rues de Tokyo, dans le quartier où se situe la pâtisserie de Sentarô. On respire tantôt l’odeur des cerisiers en fleurs, tantôt l’odeur de la pluie, et bien entendu l’odeur qui émane de la petite échoppe tenue par notre personnage principal.

Des passages parfois compliqués, et difficiles même à lire car ils abordent des sujets sensibles et délicats, mais c’est toujours fait avec pudeur et justesse.

Le thème principal de ce roman c’est tout simplement l’amour : qu’il soit entre deux personnes, qu’il soit pour une passion, qu’il soit pour la vie, l’amour est au cœur de ce récit.

Ce livre est une poésie. Une certaine magie se dégage de ce roman, une douceur, comme un pansement agréable qui viendrait soulager notre cœur et notre âme. 

 

Quels que soient nos rêves, un jour, on trouve forcément ce qu'on cherchait grâce à la voix qui nous guide. Une vie est loin d'être uniforme. Parfois sa couleur change du tout au tout.

Respirer le parfum du vent, tendre l’oreille au bruissement des arbres … Voilà déjà plus de soixante ans que je m’y exerce, que j’écoute les mots de ceux qui n’ont pas la parole. J’appelle cela être à l’écoute.

Commenter cet article