Les livres de Sayuri de Lucia Hiratsuka

Publié le par __Troubles__

¤ De quoi ça parle ?

Pendant la 2ème guerre mondiale au Brésil, la communauté japonaise est surveillée de près : le Japon est du côté des Allemands, alors que les Brésiliens se rangent du côté des Américains Rapidement, le gouvernement interdit à tous les Japonais du Brésil de parler, d'écrire, ou de lire japonais. Loin de tout cela, la petite Sayuri, qui habite dans un village de la campagne, rêve d'apprendre à lire et à écrire. Mais un jour, à son grand désespoir, ses parents immigrés japonais enterrent brusquement tous les livres de sa maison. Elle réussit à en cacher un, sous son matelas Un livre écrit et illustré tout en délicatesse pour un bel exemple de résistance culturelle.

  • Album: 160 pages
  • Tranche d'âges: 3 années et plus
  • Editeur : Anacaona (10 novembre 2016)
  • Collection : JUNIOR
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2918799874
  • ISBN-13: 978-2918799870
  • Dimensions du produit: 19 x 0,1 x 11 cm

¤ Ce que j'en ai pensé :

J'ai eu la chance de recevoir ce roman illustré jeunesse dans le cadre de l'opération Masse Critique organisée par Babelio et différentes maisons d'édition.

Ce sont le résumé ainsi que la couverture qui ont retenus mon attention et j'ai été plus que ravie de recevoir mon exemplaire que j'ai dévoré. La couverture est sublime et les illustrations ont été réalisées par l'auteure elle-même ce qui n'est pas négligeable.

L'histoire m'a beaucoup plu car elle a un côté un peu "nostalgique", un charme désuet mais elle traite d'un sujet délicat, l'identité culturelle et l'individualisme pour les étrangers qui vivent dans un pays ennemi au sien durant le guerre. L'auteure a réussi à rendre justement l'angoisse que peuvent ressentir les enfants dans un univers d'adultes qu'ils ne comprennent pas. Que peut-on faire contre l'envie d'apprendre d'une enfant ?

Grâce à cet ouvrage, j'ai appris des choses que j'ignorais sur le conflit mondial de 39-45 et notamment sur le Brésil qui s'était engagé auprès des Etats-Unis contre le Japon, et l'Allemagne par extension. J'ai découvert également comment pouvaient vivre les japonais en exil à cette époque, fidèles à leur mode culturel très autarcique.

J'ai appris à connaître un peu le Brésil, avec ses paysages décrits comme à couper le souffle, je vais très certainement me plonger sur la question très prochainement.

Cette lecture a vraiment été très agréable et je la recommande aux jeunes comme aux moins jeunes.

Je tiens tout particulièrement à remercier Paula qui s'est occupée de la traduction du roman et des quelques pages encyclopédiques à la fin du livre qui permettent au lecteur d'aller un peu plus loin et de mieux comprendre les tenants et aboutissants historiques.

N'hésitez pas à visiter le site de l'éditeur, Anacaona, qui est plutôt bien fait !

¤ Si je devais lui mettre une note : 4/5 

 

 

 

Commenter cet article